FingShui, liste des Artefacts et place du Designer

à Midi, on parle « FingShui »

Au repas, avec Renaud et Aurialie, nous parlons du Fingshui. Ils m’expliquent que c’est un temps pour prendre recul sur le fonctionnement interne de la FING ou pour travailler autrement sur les projets actuels.

« C’est aussi l’occasion de voir l’équipe dans un cadre décontracté ».

Cela prendra 2 jours en Août. C’est la première fois qu’il est mis en place, les attentes de chacun sont variés. Nous devinerons sa forme plus tard.

Désormais, j’entrevois comment la FING développe ses idées de projet : un objectif se dessine en dialoguant avec quelques membres de l’équipe, puis il est ensuite façonné en expérimentant de multiples formes. « Son chemin se dessine en avançant ».

Renaud accueille un collègue pour organiser la suite de PacaLight. Chaque semaine, il y a quelqu’un d’extérieur qui vient chez nous pour collaborer sur les projets communs.

Nous prévoyons de mettre en place le FingShui, prévu pour le 25,26 Aout. Aurialie et Amandine se charge (comme toujours) des tâches adminsitratives et logistiques. Je m’occupe de l’actvité qui animera la ballade urbaine de 3heures le premier jour. Mais nécessitant plus de précision sur les perspectives de SoftPlace, nous mettons un rendez-vous durant la semaine. Je montrerai les premières pistes d’animation et nous préciserons les attentes du FingShui.
À côté ça, j’avance petit à petit les autres missions : La liste des artefacts à rédiger et une dizaine de pictrogrammes. La fiche méthode de 5minutes, 20 données est terminée, elle a été relu par Armelle, très impliqué dans le projet Infolab.

<< Allô ? Ici Rémi, de la Fing >>

Le téléphone sonne. « Bonjour, ici la FING, en quoi puis-je vous aider ? » « je me présente, je suis Sophie et je voudrais parler à Renaud … » « Et bien, je me présente aussi : Rémi, stagiaire à la FING, contributeur sur le projet Infolab. Ce que je peux faire, c’est de laisser un message pour lui … »

Aurialie est partie télé-travailler à la maison, je suis donc seul à la FING.
Je continue mon travail pictographique pour rythmer la lecture de l’article.

Liste des Artefacts

Charles, mon maître de stage, illustre cela en comparant avec les fablabs qu’on reconnait par leurs imprimantes 3D, les découpeuses laser et autres machines de prototypage rapide. Quelles seront les objets-artefacts de l’Infolab ?
La liste des Artefacts est une page web qui propose de nombreux artefacts qui pourront singularisé les Infolabs. J’élabore avec le regards de Charles et d’Armelle le contenu de cet article : « Qu’est ce que c’est ? À quoi ça sert ? », « Comment on l’utilise ? Comment je le met en place ? », « Quel emcombrement ? », etc.

Mis en place sur Infolabs.io, comment rendre ergonomique la lecture de cette liste ? La mise en page par balise html et feuille de css est exploré mais gagne à être encore approfondie (j’ai l’impression de couper du bois avec une cuillère). Il faut que je change mes habitudes.
La rigueur du designer graphique se fera par des éléments pictographiques et des visuels-scénarios qui rythmera la lecture de la page. Dois-je sinon produire un document .pdf à télécharger où la communication visuelle sera plus proche de ma vision ?

Top 5 des outils & rôle du designer

TOP 5 Mes outils les plus utilisés :
Googles docs/sheets
Firefox : veille, édition
Thunderbird : mail
Illustrator
Skype

Après une discussion avec Renaud, je clarifie le rôle du designer au sein de la FING. Quelles actions dirige t-il ? Quelle place occupe t-il dans le développement d’un projet ? Tout d’abord, j’applique ces réflexions sur un projet existant, comme concevoir l’expérience au sein de l’Infolab, que se soit du point de vue du porteur de projet, de l’équipe Infolab, pour gérer la communauté ou pour sensibiliser le grand public.

Quant à la liste des Artefacts :
Avec le temps qui m’est attribué, je restera sur une publication web simple et efficace de la liste des Artefacts. En revanche, j’élaborerai un dossier qui se concentrera sur les détails de 2 artefacts. Cela sera l’opportunité de réaliser une expérience de lecture plus « implicante ».